A A A A

Infoline

40 20 80

info@shd.lu

52 clients de la fondation

Madeleine - Aide-ménagère

87 ans - Aide-ménagère

Je sais que ça ne se vérifie pas chez tous les enfants, mais moi, j’ai toujours aimé aller à l’école et apprendre de nouvelles choses. J’étais doué pour écrire des dissertations et l’instituteur me félicitait souvent pour la qualité de mes textes. Après l’école, je retournais vivre chez un fermier. A 8 ans, je travaillais déjà comme une adulte. J’épluchais les pommes de terre et je ramassais le bois pour faire du feu. A 16 ans, j’ai été en pension dans une famille où j’avais la grande responsabilité de m’occuper de sept enfants. Ce n’était pas une tâche facile mais je faisais de mon mieux.

Après la guerre, je suis arrivée dans une famille au Luxembourg, à Kalborn plus précisément. C’est d’ailleurs là que j’ai fait la connaissance de mon mari que j’ai épousé à l’âge de 28 ans. Lorsque les enfants dont je m’occupais sont devenus grands, j’ai consacré beaucoup de temps à l’entretien de notre église. Je cultivais notamment des fleurs que j’utilisais après pour faire la décoration. A côté de ça, le jeu de cartes Kontramit était pour moi une source de divertissement. C’est un jeu d’équipe où il faut faire un signe à son partenaire lorsqu’on a les cartes nécessaires pour gagner sans que l’autre équipe ne le remarque. Je m’entraînaient à ce jeu avec une amie et nous participions toutes les deux à des tournois nationaux. Nous avons même remporté une fois la première place.

Aujourd’hui, je tente encore de faire un maximum de choses par moi-même mais je dois bien reconnaitre que je n’ai plus beaucoup de force dans les jambes et que je me déplace moins facilement qu’avant. Depuis 2012, je fais donc appel aux aides-soignants de la Stëftung Hëllef Doheem pour m’aider à mettre mes bas de contention et appliquer du gel sur mon dos. Je fréquente aussi le foyer "Op der Heed" à Hupperdange. Le foyer est devenu un élément important dans ma vie. J’y vais 5 jours par semaine car tout le monde y est tellement sympathique.

Je pense que dans la vie, il ne faut jamais perdre l’espoir. Et si parfois on passe par des moments plus difficiles, il ne faut surtout pas se laisser aller parce que d’une façon on avance toujours et les temps changent.

Lire tous les témoignages